Parc du Castel

 

A deux pas du centre Ville de Beauraing, se trouvent le parc communal du Castel Saint-Pierre et le parc privé du Castel Sainte-Marie où se trouve le château de Beauraing. Ces deux parcs sont côte à côte et dans le passé faisaient partie d’une seule et même entité.

Le Castel Saint-Pierre

Près du centre-ville, vous pouvez aller vous balader dans un cadre enchanteur : le Parc du Castel Saint-Pierre. 27 hectares de bois, de promenades, sept étangs et une belle demeure, le Castel construit par Charles Lenelle. C'est un merveilleux lieu de promenades, de pêche, de sport (piste Vita) et de détente avec ses barbecues et ses aires de repos. Un petit arboretum rassemblant arbres et arbrisseaux caractéristiques de la Calestienne vous invite à y découvrir une cinquantaine d'essences forestières. Le parc appartient à la Ville de Beauraing et est ouvert au public.

Vous pouvez aussi y voir une ancienne chapelle de style roman (monument classé) dédiée à Saint-Pierre, d'où le nom du parc classé lui aussi. Près de celle-ci se trouve une statue en fer, érigée par le duc d'Osana, à la mémoire de sa mère, née duchesse de Beaufort. Cette statue se trouvait jadis dans le parc du castel Sainte-Marie à l'endroit où est actuellement la statue de la Vierge. Au temps des ducs d'Osana, ces 2 parcs ne faisaient qu'un.

Le Castel Sainte-Marie

Comme précité, le Castel Sainte-Marie est dominé par le château de Beauraing, dont la construction date probablement du Moyen-Âge. Ce premier édifice peut en effet être situé au XIIe siècle. Aujourd'hui, il ne subsiste que des tours, des murs et des dépendances du château.

Peu de sources existent pour l'histoire de cette époque, quelques faits saillants peuvent pourtant être replacés :

Au Moyen-Age, Beauraing faisait partie du duché du Luxembourg et son premier seigneur connu est Gérard de Beauraing. En 1436, le 22 mai, le château fut détruit pour la première fois lors d'une lutte opposant Jehan II d'Herbigny et l'évêque de Liège.

C'est le maire de Givet, un nommé De le Colle, qui, avec ses troupes de Sans-Culottes, détruisit le château pour la deuxième fois et, à la fin de la révolution française, il ne subsistait de celui-ci que des ruines.

L'architecte français Mestral se chargea de la restauration qui coûta au duc d'Osana 300 millions de l'époque. Jamais le château de Beauraing ne fut plus resplendissant. Dans les serres, dont des vestiges subsistent aujourd'hui, l'on pouvait admirer des spécimens de plantes et d'arbustes de tout pays : orangers, citronniers, palmiers, cactus... Même deux singes y habitaient. Les invités d'honneur ne manquaient pas au château, et c'est ainsi qu'en 1880, le prince de Galles, futur roi d'Angleterre, y fut reçu. 

Lors de la vente du château, le mobilier devait se vendre à Cologne. Des ouvriers vinrent occuper la demeure. Ceux-ci avait amené du pétrole avec eux afin d'assurer un éclairage suffisant lors de l'emballage des biens, et tout fit craindre à une catastrophe. Le 3 décembre 1889, durant la nuit, le château s'embrasa à plusieurs endroits. A 9 heures du matin, il n'y avait plus que des ruines. 

De 1897 à 1912, le château fut occupé par M. Charneux. Cédé à M. Matys, le château fut acheté par M. Lenelle. Dès 1930, celui-ci voulut le restaurer. Les anciennes dépendances dont la tour, restées à peu près intactes, ont été aménagées en un Castel du meilleur goût.


 

Lien utile :

A télécharger :


 

Actions sur le document